Le repreneuriat, l’ingrédient méconnu de l’entrepreneuriat

Le petit monde de la poutine (si une telle chose existe! ) a connu un véritable séisme l’automne dernier avec l’annonce de la vente de La Banquise, cette institution montréalaise campée depuis 1968 sur la rue Rachel!

Qui sont les acquéreurs? Émily Adam et Jean-Christophe Lirette, un jeune couple de la région de Portneuf. De fait, les deux acolytes connaissent bien bien la poutine (au propre et au figuré!), puisqu’ils ont fait leurs premières armes en mettant la main sur le casse-croûte Ti-Oui, situé à Saint-Raymond (Portneuf), il y a une décennie. Puis vint le grand coup en 2022 : le binôme Adam-Lirette faisait l’acquisition des 23 établissements de la chaîne Chez Ashton, bien connue dans la région de la Capitale-Nationale. 

Il n’en faudra pas plus pour convaincre la fille du fondateur de La Banquise, Annie Barsalou, qu’Émily Adam et Jean-Christophe Lirette étaient les personnes rêvées pour reprendre les rênes du mythique resto situé à deux enjambées du Parc Lafontaine. 

En soi, cette transaction, si elle a rassuré bon nombre d’amateurs de frites, de gravy et de formage en grains, n’a rien d’exceptionnel, sinon que d’illustrer deux réalités parfois méconnues du repreneuriat.

Une certaine quiétude d’esprit

Les données de l’édition 2022 de l’Indice entrepreneurial québécois, élaboré par le Réseau Mentorat, en collaboration avec l’Institut d’entrepreneuriat Banque Nationale ― HEC Montréal, sont sans équivoque à cet effet : l’intention de créer une entreprise séduit davantage que celle d’en reprendre une, pour plus des deux tiers des personnes sondées. Et pourtant…

Le repreneuriat, de plus en plus prisé par ceux en quête d’une opportunité d’affaires, permet de plonger avec une marge d’incertitude beaucoup moins grande que la création d’une entreprise ex nihilo. En acquérant La Banquise, le couple Adam-Lirette met la main sur une formule commerciale éprouvée depuis plus d’un demi-siècle. « La recette gagnante, ils l’ont […]. Nous, on arrive, on observe. On s’assure que La Banquise va rester La Banquise avec la même équipe de gestion », précise Jean-Christophe Lirette à La Presse1. Pas plus compliqué que ça!

Du sang neuf!

Reprendre une entreprise, c’est entre autres insuffler du sang nouveau entre les quatre murs de cette dernière, après le départ du fondateur. Bonne nouvelle, car la plus récente mouture de l’Indice entrepreneurial québécois révèle que plus d’un quart (26,6 %) des jeunes de 18 à 34 ans ayant l’intention d’entreprendre privilégie la reprise ou le rachat d’une entreprise, ce taux d’intentions de reprise étant le plus élevé de tous les groupes d’âge sondés. « Nous nous sommes reconnus en Émily et Jean-Christophe, de jeunes entrepreneurs dynamiques et passionnés comme nous à nos débuts quand nous avons repris le restaurant fondé par mon père », indiquait à La Presse l’ancienne proprio Annie Barsalou, une fois la transaction conclue2.

À bien des égards, le repreneuriat peut combler nombre d’ambitions et de désirs entrepreneuriaux. Pour leur part, Émily Adam et Jean-Christophe Lirette ont trouvé dans cette formule un vecteur de croissance exceptionnel pour leur portefeuille de restos, avec un minimum de risques à l’appui. Annie Barsalou et son conjoint, quant à eux, voient tous deux dans le repreneuriat une manière de transmettre et de poursuivre l’œuvre du fondateur : « [c]ela nous permet de tirer notre révérence l’esprit en paix et en sachant que la pérennité de ce restaurant auquel nous sommes si attachés est assurée », indiquait-elle à l’automne au Journal de Montréal3.

Le repreneuriat, une recette gagnante à essayer!

Le repreneuriat représente une belle option pour explorer le monde de l’entrepreneuriat et ses vastes possibilités. Et puis, pas besoin d’envisager la chose seul(e) : les données de l’Indice entrepreneurial québécois démontrent que le repreneuriat, ça se fait de plus en plus en équipe!

Jorge H. Mejia

  1. Nathaëlle Morissette, « Ashton achète La Banquise ». La Presse+, mardi 14 novembre 2023. 
  2. Idem.
  3.  « La Banquise avalée par les propriétaires de la chaîne Ashton ». Le Journal de Québec, mercredi 15 novembre 2023, p. 26

L’indice entrepreunarial québécois 2022

Contactez-nous