La santé mentale des entrepreneurs : à prendre au sérieux!

On a fait grand cas dans l’actualité, au cours des dernières semaines, de l’inquiétant bilan de santé des entrepreneurs québécois et canadiens, notamment en termes de santé mentale. La sortie, en mars dernier, de l’essai Et si l’entrepreneuriat rendait fou?1, des auteurs Dominic Gagnon et Isabelle Naessens, a en effet remis cette problématique à l’avant-plan et suscité un nécessaire tapage médiatique2 afin de sensibiliser la population à l’importance de la santé mentale des entrepreneurs.

Nous avons encore trop souvent à l’esprit une image idyllique de l’entrepreneur : « [c]ourageux, inébranlable, doté d’une résilience à toute épreuve, l’entrepreneur est celui qui peut tout affronter, tout surmonter »3. Voilà la façade que nous percevons généralement. Derrière cette façade, une tout autre réalité se dessine, néanmoins. Une seule statistique pour quantifier le tout : comme l’indique la Banque de développement du Canada (BDC) dans la plus récente mouture de son annuel Sondage sur la santé mentale des propriétaires de PME et le soutien offert4, seulement 36 % des entrepreneurs sondés se disent satisfaits de leur état de santé mentale quotidien, une baisse de huit points (!) de pourcentage par rapport à février 2022.

Un début de soulagement

Pas question d’énoncer en ces lignes LA panacée qui pourra soulager un tant soit peu nos entrepreneurs entre leurs deux oreilles : la question est beaucoup trop complexe pour appeler une réponse simple. Néanmoins, une variable essentielle à la bonne santé mentale des entrepreneurs semble faire consensus auprès des experts, à savoir le sommeil.

Lorsqu’on questionne Dominic Gagnon, le co-auteur du livre mentionné en début d’article, sur ce même sujet, sa réponse ne se fait pas attendre : « Dormir. Même si le sommeil est mal vu. Il y a beaucoup d’entrepreneurs comme Elon Musk qui vont s’amuser à dire : moi, je ne dors que trois heures par nuit. Moi-même, je suis insomniaque et je découvre à quel point dormir est crucial. On ne prend que de mauvaises décisions quand on est fatigué ».5 Les professeurs Florence Guiliani et Olivier Torrès seraient en accord avec ce précieux conseil, eux qui ont identifié, dans leur article6 sur ce sujet, le fait que les 338 entrepreneurs français de leur échantillon ne dormaient en moyenne que 6 heures 42 minutes par nuit, en semaine. C’est bien peu, en regard de la charge mentale et physique inhérente au métier d’entrepreneur…

Entrepreneures et entrepreneurs, dormez-vous suffisamment?

Comme mentionné dans le Guide sur la santé et le bien-être des entrepreneur(e)s, publié en 2022 par l’Institut d’entrepreneuriat Banque Nationale ― HEC Montréal, « [u]ne bonne santé du sommeil se caractérise par une satisfaction subjective, un timing approprié, une durée adéquate, une efficacité élevée et une vigilance soutenue durant la journée »7. Ça, c’est le résultat théorique d’une bonne et longue nuit de sommeil. Mais en pratique, dormez-vous assez? Ce court questionnaire, tiré de ce même Guide (p. 55), vous aidera à vous faire une tête à ce propos.

Si l’entrepreneuriat ne rend pas nécessairement fou, il épuise, à coup sûr. Et cet épuisement a son importance, lorsque l’on considère que 99,7 % de nos quelque 1,2 million d’entreprises au Canada sont des petites et des moyennes entreprises8… Des PME vivantes et performantes, ça commence par des entrepreneurs bien reposés!

La recherche scientifique s’intéresse de plus en plus à l’étude de la santé et du bien-être des entrepreneurs. Cette problématique est incluse dans les axes de recherche menés à La sphère – HEC Montréal. La question de la santé et du bien-être des entrepreneur(e)s et de leur équipe est un enjeu qu’on doit apprendre à gérer au quotidien.

Jorge H. Mejia

  1. Dominic Gagnon et Isabelle Naessens (2024). Et si l’entrepreneuriat rendait fou? Montréal : Les Éditions de l’Homme, 264 p.
  2. Lire les articles de Dominic Gagnon dans Les Affaires (« Et si l’entrepreneuriat rendait fou? »), de même que ceux d’Isabelle Massé dans La Presse (« L’entrepreneuriat rend fou », et « Du silence à la résilience »), tous publiés au printemps 2024.
  3. Gagnon & Naessens, 2024:22.
  4. Banque de développement du Canada (2023). Sondage sur la santé mentale des propriétaires de PME et le soutien offert (5e vague de sondage), p. 9
  5. Isabelle Dubé, « L’entrepreneuriat rend fou ». La Presse, 26 mars 2024
  6. Florence Guiliani & Olivier Torrès (2018). « Entrepreneurship: An Insomniac Discipline? An Empirical Study on SME Owners/Directors ». International Journal of Entrepreneurship and Small Business, 35(1), p. 95.
  7. Florence Guiliani, Marie-Ève Beauchamp-Legault, Martine Ethier & Luis Cisneros (2022), Guide sur la santé et le bien-être des entrepreneur(e)s. Derrière la façade, IEBN – HEC Montréal et PsyC4, Québec, 74 p.
  8. Innovation, Sciences et Développement économique Canada. Principales statistiques relatives aux petites entreprises 2023.

Guide sur la santé et le bien-être des entrepreneur(e)s

Contactez-nous